Warning: Creating default object from empty value in /homepages/46/d148655030/htdocs/plugins/system/articlesanywhere/helper.php on line 101

DANS LA PRESSE :

Articles et Interviews :


 

Les passerelles - Pontault-Combault - Mai 2012
La guitare dans tous ses états

Classiques, électriques, baroque, jazz…
L’univers de cet instrument à cordes se décline
sous de nombreuses formes et a su voyager
et évoluer à travers le monde et à travers le temps.
Histoire(s) de guitare propose de retracer son parcours....

Lire l'article...

 


 


Parcours - Pontault Combault - Juin 2011
Pour l'amour de la guitare !

William Chabbey à sorti en mai son 4e album jazz…
Le disque de la maturité pour cet artiste pontellois
que nous avons rencontré au millieux de ces guitares.

Parcours d'une personnalité locale attachante et chaleureuse.....
Lire l'article...

 


 

Cd « Après la nuit » DOM 1133 – sortie Juin 2005

















Jazz Notes #36 (critique de l’album Jazz Horizons )
William Chabbey, guitariste bien de chez nous qui sonne comme les Grant, Burrell, avec une belle intelligence mélodique.
Assisté de l'organiste Patrick Villanueva, remarquablement complémentaire, plus trois batteurs différents: George Brown, Jean Luc Ditsch et Urbano Calvarro, d'une contrebasse, celle de Manu Chabbey sur deux plages, ainsi que Carlos Werneck (g, perc, voc).
Un garçon qui nous fait voir l'horizon de son talent qui n'est pas mince. La belle époque de la formule chère au trio: orgue, guitare, batterie. Un disque qu'il faut saluer haut et fort, car il est en tout point : parfait.


Dauphiné Libéré - Août 2003 - Festival de Clermont en Genevois
William Chabbey, Stefano Di Battista à l'affiche

Seconde affiche éblouissante, pour conclure ce 5° Festival de Jazz par un véritable feu d'artifice. Trois formations se succèderont sur scène. A 19 h 30, le groupe lauréat du Tremplin Jazz de l'Odac en ouverture de soirée.
William Chabbey a choisi très tôt de jouer de la guitare, sous l'influence de Django Reinhardt. Dès 1988 il présente sa propre musique au public au côté du batteur Georges Brown, avec qui il joue toujours.
On retrouve dans sa musique les influences de John Coltrane, Wes Montgomery, Charlie Parker, mêlées au blues et à la musique brésilienne. William reprend la formule du trio Wes Montgomery et Jimmy Smith, pape historique de l'orgue, une formule magique des années 70, une musique qui swingue beaucoup. Un groupe en train de monter très fort: William Chabbey (guitare), Patrick Villanueva (orgue), George Brown (batterie).
[…]


Dauphiné Libéré - 01 Septembre 2003 par JL Fontana
Festival de Clermont en Genevois

"Jazzons sous la pluie"
Clôturant avec un Stephano Di Battista magistral, le festival de jazz au château de Clermont s'est inscrit dans les annales.
Fin connaisseur, le public avait prévu le coup. Parapluies, ponchos et coupe-vents donnaient un ton coloré aux gradins. Pas question de se faire avoir par un ciel grincheux qui s'entête à être au rendez-vous chaque année au festival de jazz de Clermont. "Je peux vous donner la météo pour Clermont 2004: il fera mauvais", ironise Pierre Brémant, président du jazz club d'Annecy, organisateur de l'événement.
Les plus de 500 entrées comptabilisées samedi soir ont de quoi justifier cette bonne humeur. Par rapport aux grands festivals de l'été, ce nombre pourrait sembler faible, mais il suffit largement à remplir la cour du château.
Evidemment, la raison de cette affluence tient en ces quelques mots en tête d'affiche: "Stephano Di Battista et Flavio Boltro Quintet".
[…]
Bénéficiant par moment d'une accalmie atmosphérique, les mélodies toutes en douceur du William Chabbey trio ont touché droit au but. Accompagné par Patrick Villanueva à l'orgue et George Brown à la batterie, le guitariste a dévoilé avec classe ses compositions, avant de se fendre en solo d'un hommage à Django Reinhardt pour un "Nuage" de circonstance. […]
Jean Loup Fontana


Dauphiné Libéré - 03 Septembre 2003 par JL Fontana - Festival de Clermont en Genevois
Y'a du jazz dans l'air

Du haut du château, les envolées de jazz ont inondé le village de Clermont aussi sûrement que la pluie.
[…]
Place aux vétérans avec le "William Chabbey Trio", qui renoue avec la formule guitare et orgue (Patrick Villanueva), soutenu par le swing du génial batteur George Brown.
La soirée se termine en beauté avec le quintet mené par le tandem Stephano Di Battista et Flavio Boltro.
Ces deux-là ont prouvé une fois de plus qu'ils incarnent le renouveau du jazz européen. Si l'an prochain, le programme concocté par le jazz club d'Annecy est du même tonneau, gageons que toute l'eau du ciel n'empêchera pas la cour du château de faire le plein à nouveau.
Jean-Loup FONTANA.


ParisObs N°2008 - Du 1er au 7 Mai 2003
Paris Prague Jazz Club:
William CHABBEY avec William Chabbey (guitare).

19h30 le vendredi 2 Mai 2003

Si les influences premières de William Chabbey sont guidées par son amour de la guitare de Django, sa musique est aujourd'hui teintée des accents de John Coltrane, de Wes Montgomery, de Charlie Parker mêlés au blues et à la musique brésilienne.


Critique Jazzman N°87 - Janvier 2003
WILLIAM CHABBEY
Jazz Horizons

Une dévotion à peine voilée à Wes Montgomery, mais une connaissance éprouvée de sa descendance et un répertoire original. La guitare alterne, sans véritable hiatus, des moments de groove dans la plus pure tradition du début des années 1960,avec des moments qui laissent imaginer une culture plus fusion et une fluidité parfois digne d'Alan Holdsworth (souvent au prix d'un fléchissement de l'inspiration).
L’écoute à l’aveugle de Patrick Villanueva fondante, tant il a assimilé le langage des organistes des années 1960. La contrebasse de Manu Chabbey,
la batterie d’Urbano Calvarro,la guitare et la voix de Carlos Werneck ne viennent à la rescousse que sur deux titres à consonance brésilienne. Sur les autres titres Jean-Luc Ditsch partage les baguettes avec George Brown sans trop souffrir de la comparaison.
Ces “Jazz horizons” sont dignes de foi.
Franck Bergerot


Le Dauphiné Libéré - Chambéry – Novembre 2003
Cave aux miracles, enfers de l'architecte
Jazz Moderne avec Heartland et retour aux sources au Jazz Club de Savoie avec le William Chabbey trio on fait souffler un (bon) vent de musique que n'a pas su en revanche mettre dans ses voiles "la marche de l'architecte" côté théâtre.

Dans la cave des miracles
S'il fallait sortir cette semaine, c'était vendredi soir au Jazz Club de Savoie pour un moment véritablement magique. A des années-lumière de la pédanterie et de l'élitisme, cette modeste cave sait créer une ambiance précieuse, chaleureuse, intime et ouverte à tous à la fois. Au programme, le William Chabbey trio, composé de William Chabbey à la guitare, de Carlos Werneck à la basse et au chant et de Charles Benaroche à la batterie.
Des musiciens authentiques pour une musique réparatrice: William Chabbey revendique l'héritage de son modèle, le guitariste Wes Montgomery, mais ne se contente pas de reproduire; il enrichit un patrimoine déjà vaste par une touche personnelle et un vrai talent de compositions sur plusieurs registres: jazz traditionnel mais aussi bossa, blues et cool. Ses partenaires ne se contentent pas de l'accompagner, mais se révèlent tout aussi importants que leur meneur: le brésilien Carlos Werneck, étonnant à la basse, mêle à son jeu chaleureux des vocalises subtiles dont parfois on ne sait plus distinguer la source: musicien ou instrument? Enfin, le batteur Charles Bénaroche, issu de la variété (Voulzy, Mitchell notamment) démontre un talent complet à la hauteur de ses partenaires.
William Chabbey, qui n'a jamais courtisé les ayants droit du milieu du jazz, accède depuis peu à la reconnaissance; juste rétribution pour un trio qui a distillé sans compter du swing et du bonheur.
A découvrir et à redécouvrir avec le CD fraîchement sorti "Jazz horizons" paru chez DOM.


Le Dauphiné Libéré - Chambéry – 2000
William Chabbey est maintenant un habitué des scènes de la région Rhône-Alpes où il se produit chaque année à l’occasion des  tournées, et le jazz-club de Savoie l'accueille à chaque fois avec grand plaisir pour un concert, dans la cave du 20, avenue des Chevaliers Tireurs à Chambéry ou dans le cadre du festival de jazz de Chambéry où il s’est produit plusieurs fois.
Baigné dans le jazz des années 50/60, sous l'influence bien sûr des grands jazzmen comme Wes Montgomery, John Coltrane, Charlie Parker, Miles Davis... William Chabbey s’intéresse également à toutes les musiques,
classique, ancienne, et aussi le blues, la musique latine, tout ce qui  "swingue" en somme, ce qui lui permet de faire une juste synthèse entre le respect d’une tradition bien comprise et la nécessaire évolution d’une musique
vivante. Et son répertoire traduit bien cette démarche à travers sa relecture originale des grands standards et de thèmes plus actuels, mais aussi par des compositions personnelles, où son talent d’instrumentiste virtuose, qui n’exclut pas une grande sensibilité et un lyrisme réel, trouve son accomplissement.
Après avoir joué avec différents musiciens au sein de groupes de tailles et de styles divers, William Chabbey a choisi la formule du trio, d’abord avec ses autres jazzmen rencontrés à l’occasion de ses études musicales au CIM, puis avec deux musiciens américains, Georges Brown à la batterie (batteur de Wes Montgomery, Chet Baker...) et James Lewis à la contrebasse (contrebassiste de Billy Higgins, Von Freeman...).
Le dernier disque de W. Chabbey traduit bien l’esprit de Sa musique, sensible, dense, intense, à l’image du courant cool des années d’après guerre, dont les meilleurs représentants ont pour noms Miles Davis, Stan Getz, Gerry Mulligan, une musique “impressionniste” sans être pour autant mièvre ou sans énergie, loin s’en faut !
William Chabbey se produira demain, vendredi 28 avril à partir de 21h30, dans la cave du jazz-club de Savoie, au 20, avenue des Chevaliers Tireurs à Chambéry, en compagnie de Gil Lachenal à la contrebasse, compositeur, arrangeur, l'un des meilleurs jazzmen de la région, et Manu Roche à la batterie, qui tourne essentiellement en Italie, et a joué en France avec les plus grands noms du jazz, dont le regretté Michel Petrucciani. Un jeune invité de grand talent Eric Prost au saxophone ténor, du collectif Mu entre autres, s'associera au trio pour la circonstance.


XIROCOURT 2000 - Lundi 11 Septembre 2000
Xirocourt swingue avec les plus grands !

Le public était au rendez-vous pour cette dernière journée du festival Swing à Xirocourt. Un "100 % jazz" avec des  musiciens de talent.

Avec une programmation de qualité « 100% jazz», le festival de Xirocourt a terminé en beauté. Tout était au rendez-vous. Un temps estival, un cadre champêtre au bord du Madon, un public plus que jamais fidèle et toute une palette de musiciens prêts à faire swinguer la foule toute la soirée.
Dès 14h, le Krizz de Jazz a donné le ton. Les sept musiciens de Metz, il manquait malheureusement la chanteuse, ont interprété des swings et des blues de leur répertoire. William Chabbey, qui se produisait pour la première fois à Xirocourt, a enchaîné et a ravi les fans de guitare. Cet
instrumentiste éminent qui tourne beaucoup à Paris, jouera d’ailleurs aux NJP en octobre.
[…]
Virginie LACAZE


La République Pontault Combault - 4 décembre 2000
Soirée résolument Jazz, samedi 25 novembre 2000 à la MJC, avec deux formations pourtant dissemblables mais que réunissaient un commun amour de la musique et un sens du swing sans faille.
[…]

Après cette musique qui rendait euphorique (et que Christian Bonno, dans la salle, avait apprécié en connaisseur), le trio de William Chabbey nous faisait aborder à d'autres rivages, plus modernes mais non moins plaisants. Les deux premiers morceaux, "Moving alone" et "Road Song", de Wes Montgomery, indiquait bien de quel côté penchait le coeur du guitariste leader. Comme Wes en 1959 avec Melvin Rhyne et Paul Parker, et en 1966 avec Jimmy Smith, il avait choisi une formation guitare, orgue, batterie. Ce qui caractérisait les trois musiciens, c’était l’alliance d’une sûreté technique permettant une virtuosité impressionnante dans les morceaux en tempo rapide, et d’un sens mélodique qui s'épanouissait sur tempo lent.
Le public s’est montré très sensible également à la qualité des échanges entre les musiciens, le dialogue devenant en quelque sorte visible lorsque William Chabbey se levait pour s’approcher de l’organiste Patrick Villanueva. Mais chacun était capable de capter l'attention du public, et de susciter ses applaudissements, lors de solos d’une grande qualité d'invention.
On a même eu droit à des démonstrations proprement pyrotechniques, sur un tempo d’enfer, pour la composition de William Chabbey intitulée "Mister Brown".
Le guitariste-compositeur semble avoir autant d'amour pour la ,    famille que pour la musique, puisque plusieurs des compositions qu’il a présentées étaient dédiées à son fils ("Valse pour Jonathan"), à son frère ("Blues pour Manu") ou à sa compagne("Laurence").
La qualité de ce concert était d’autant plus impressionnante que ce n’était que la deuxième prestation du groupe, qui s’était formé à l'occasion du Nancy Jazz Pulsations: ils étaient faits pour se rencontrer.
Et on attend avec impatience la sortie du disque qu’ils doivent enregistrer sous peu.


Critique JAZZ HOT N°551
WILLIAM CHABBEY

Meeting With the Cool
William Chabbey (g), Gil Lachenal (b) et, au gré des plages, Sylvain Mazzola (hca), Boris Blanchet (ts), Andy Baron et George Brown (dm) rencontrent le cool. Une guitare planante, une basse qui fait des rondeurs, le jeu de cymbales d’Andy Barron, d’une clarté lunaire, et les balais dansants de
George Brown (« Meeting With the Cool » et le si beau « Laurence », joliment chanté par l’harmonica de Sylvain Mazzola) que le swing soit léger ou brillant (« Song for Bird »),l’ambiance feutrée reste de rigueur.
Domi Tuffandier